September 17, 2019
Le e-commerce en dropshipping est il une arnaque ? formation ecommerce (6/6)

Le e-commerce en dropshipping est il une arnaque ? formation ecommerce (6/6)


Tout comprendre sur le e-commerce vidéo numéro 6. Hello les amis, j’espère que vous avez la patate. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo. Dans cette série de vidéo dédiée au e-commerce, dédiée au business en ligne, dédiée à la formation et surtout dédié pour vous. Pour vous aider à améliorer vos résultats et à comprendre tout cet écosystème du business sur internet. Cette formation, je vous le rappelle, est une formation qui a été réalisée en présentiel avec mes clients il y a maintenant quelques mois. Ils ont payé plusieurs milliers d’euros pour pouvoir assister à cette formation et aujourd’hui je vous le partage de façon gratuite sur Youtube. N’hésitez pas à nous laisser un énorme like et si ce type de projet vous plaît, si ces vidéos de formation vous plaisent et vous apportent de la valeur alors n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, vos questions par rapport à la vidéo du jour ou à toute cette série de vidéos de formation dédié à l’e commerce. Aujourd’hui on va parler de drop shipping. Est ce que le drop shipping est une réelle opportunité de business ? Aujourd’hui en 2019, est-ce que c’est réel ? Est ce que ça existe ? Est ce que c’est possible ? Et surtout, est-ce que l’on peut l’exploiter encore ? Est ce que c’est encore rentable et comment démarrer. Ok. Allez, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, un like. Partagez cette vidéo autour de vous si vous voulez partager et toute cette série de formation gratuite dédiée au e-commerce. Envie de regarder la vidéo ? C’est parti les amis, kiffer les opportunités en drop shipping. C’est la vidéo du jour. Ciao Du coup, dans cette partie, on va parler du drop shipping. Qu’est-ce que c’est que le drop shipping ? Qu’est ce que ça peut nous apporter ? Et surtout, quelles en sont les limites. Parce qu’effectivement, le drop shipping est une superbe opportunité mais le drop shipping aussi n’a pas que des avantages. C’est pas toujours tout rose et je ne vais pas te le vendre juste pour te le vendre. Il faut que tu aies une vision un peu globale de la chose. Donc on va parler ça right now ! Alors, pourquoi est-ce que le drop shipping est une superbe opportunité révolutionnaire de l’année sur lequel il faut investir. Alors rapidement : En quoi ça consiste ? Je vais te faire un petit rappel quand même du drop shipping même si tu sais un petit peu ce que c’est. Tu vas l’avoir juste là. Grosso modo, étape numéro une : le client passe commande sur ton site. Etape numéro 2 : tu encaisses la commande ainsi que le chiffre d’affaires généré par la commande. 3, tu transmets la commande aux fournisseurs. Tu payes bien évidemment le produit aux fournisseurs et tu encaisses la marge commerciale. Tu gardes du moins la marge commerciale. Le fournisseur prépare et expédie le colis au client final. Le client final reçoit sa commande. Donc grosso modo on est juste… Donc “F” pour fournisseurs, “C” pour client, “T” pour toi. Tu es tout simplement une intermédiaire commercial qui encaisse la marge. T’es un marketeur. C’est à dire que lui n’est jamais au courant de ça. D’accord ? Dans tous les cas. Pour lui, tu es le seul et l’unique et grosso modo l’opportunité, c’est que nous pouvons être des agents commerciaux qui ont accès aux fournisseurs dont on n’avait pas accès il y a dix ans. C’est à dire qu’il y a dix ans, pour vendre du produit chinois sur un site internet, il fallait acheter des tonnes de pièces et puis il fallait surtout avoir les contacts des fournisseurs chinois ce qui était une barrière à l’entrée de ce business. Aujourd’hui avec les outils qu’on a, c’est super facile. Tu as accès à tous les fournisseurs du monde. Tu peux commencer à acheter pour une pour une pièce et c’est livré directement Livraison gratuite… C’est ça l’opportunité du drop shipping. Et donc effectivement : “You have only one job”. C’est que ton seul job c’est de vendre. Donc l’idée c’est quand même du trafic sur ton site. Et tu convertis en client. Point. On a déjà parlé dans les autres modules mais, petit rappel, ton seul job c’est : du trafic plus des ventes pour le drop shipping. Donc si tu veux, plutôt que des commerçants traditionnels à devoir gérer des stocks et de devoir gérer une compta, d’avoir à gérer toute la logistique de transport, la réception des clients, etc. De toute cela. Ça passe à : trafic plus vente, uniquement. Donc grosso modo, pour démarrer ou pour te focaliser sur quelque chose de très précis, tu as moins de tâches à faire. Donc forcément tu peux être beaucoup plus efficace. Tu peux apprendre beaucoup plus vite, etc. C’est pour cela que je recommande principalement le drop shipping. C’est à dire que c’est une bonne première opportunité, on va dire, pour démarrer. Parce que tu passes de dix tâches à gérer à devoir gérer une vraie entreprise avec toutes les complexifié et toutes les complexités, à trafic plus vente. Du coup, les avantages principaux du drop shipping. Tu peux faire un test rapide et coûteux et peu coûteux. On en a déjà parlé hier. Mais avant si tu devais créer un site de e-commerce, ça coûtait dix mille euros. Aujourd’hui avec cinquante balles, on est parti, on est sur le marché et on essaye de vendre nos premiers trucs. Ce qui est plutôt pas mal donc très rapide. Pourquoi ? Parce que tu peux créer un site en une demi journée. Ce qui était impossible à faire il y a dix ans on le rappelle. Pas de trésorerie à avancer. Tu encaisses l’argent avant d’acheter ton produit. Tout est en amont donc c’est énormissime. Tu peux démarrer sans argent. Je peux démarrer sans fonds. C’est pareil, ça n’existait pas il y a 4 ou 5 ans où il fallait foutre de l’argent sur la table. C’était une fois de plus une barrière limitante à l’entrée de ce business de faire de l’import-export. Parce que ce que ce qu’on fait là, si tu le fais à des échelles qui commencent à devenir un petit peu volumineuses, tu fais de l’import-export. Mais tu fais de l’import-export sans faire de logistique. Ce qui est quand même un peu paradoxal si tu veux. C’est… Il y a toutes ces barrières à l’entrée qui étaient présentes : la logistique, le fait d’avoir les fournisseurs, d’avoir les contacts. Le fait de mettre du cash sur la table. Tout ça est rayé et on peut démarrer comme ça en free lance un petit peu comme un gitan entre guillemets. On est des intermédiaires. On est uniquement qu’un intermédiaire dans cette chaîne fournisseur / plateforme de vente / client. Sachant qu’en plus, aujourd’hui le client final est capable d’acheter au fournisseur en direct. Il ne faut pas l’oublier. C’est à dire que là où toi tu vas acheter, les trois quarts du temps, il peut faire exactement la même chose. C’est pour ça que toi, ton objectif premier c’est de générer de la valeur parce que si la seule chose que tu fais est d’encaisser ta marge alors tu es à zéro. Tu vas tenir trois mois, tu vas tenir six mois. Si tu ne fais que d’encaisser une marge sur une transaction et que tu n’apportes pas de valeur ou que tu n’apportes pas ce plus communautaire ou que tu n’apportes pas cette proximité… Voilà, que tu ne sois pas… Que tu ne crées pas un vrai business quoi. Tu vas tomber au bout de trois ou six mois parce que quand lui il va comprendre qu’il peut acheter là, directement dix fois moins cher que ce que tu lui as vendu. Il ne va pas te faire une bonne pub et en plus il ne t’achètera plus jamais. Et le truc, c’est qu’aujourd’hui, Aliexpress est connu par de plus en plus de gens. Wish a fait mais tellement de publicité partout sur Facebook et machin. Ils bombardent chez Wish. C’est à dire que tu achètes tout et n’importe quoi entre 1 et 3 euros exactement les mêmes produits que toi tu vas vouloir revendre en drop shipping entre dix et vingt euros. Donc à un moment donné il va avoir conscience de ça. Mais, lui a déjà un petit peu conscience de ça. Le client final sait quand il va acheter chez Zara. Ses fringues sont faits au Bangladesh et pourtant il les achète quand même à quarante dollars la pièce. Donc, à un moment donné, ce qu’il faut, c’est de créer, effectivement, de la valeur. Apporter un service supplémentaire, apporter une approche marketing différentes, apporter un suivi, apporter des conseils, apporter quelque chose. Que lui ne lui apportera jamais. Pour moi c’est ça. Réussir dans le drop shipping, c’est ça. Si tu ne fais que ça en prenant un cut au passage alors ça durera peut-être deux, trois mois, ou six mois avec un peu de chance. Si tu trouves un nouveau best-seller. Si tu es toujours dans la surprise pour lui tant que lui n’est pas conscient que le produit que tu vends, il peut l’acheter là directement à peine dix fois moins cher et pour le même service, alors ça va. Dès qu’il est conscient, tu le perds et tu es mort. Donc pour moi, c’est ça qu’il faut réussir. Mais du coup, encore une opportunité, c’est : pas de stock, pas de local. Possibilité de tester plusieurs produits en même temps. Effectivement comme on n’est pas obligé d’acheter du stock. On n’est pas obligés de stocker à la maison. D’attendre 3 semaines pour que ça arrive, etc. Tu peux lancer et mettre 3 produits sur ton site, mettre trois pubs sur ton site et tester ces trois produits en même temps. Ce qui, à l’époque, était une fois de plus impossible de faire parce qu’il fallait acheter 3 stocks et tout ça te coûtait beaucoup plus cher. Et c’est un frein qu’on a chez Amazon FBA. Si tu veux démarrer Amazon FBA, il faut entre guillemets “sniper” tes produits, trouver les bons produits qui ont les bonnes caractéristiques pour être des best-sellers et tu achètes, par exemple, par bloc de cent pièces. Tu ne peux pas en acheter dix parce que ça va dépendre de ton porte-monnaie. Si tu as l’argent pour en acheter dix c’est très bien. Si tu n’as pas l’argent, tu ne peux pas. Alors qu’en drop shipping comme on n’a pas avancé d’argent, on peut tester exactement le nombre de produits que l’on veut. C’est encore un autre avantage du drop shipping. Pas de gestion de la logistique. Grosso modo, ton fournisseur t’envoie le produit et te donne le numéro de suivi du colis. DHL, FEDEX, China Post et compagnie… Et tu donnes ça à ton client. Et point barre, c’est terminé. Les aspects légaux, c’est aussi un avantage parce qu’effectivement, grosso modo, c’est tout le temps basé en fonction du pays dans lequel tu vends. Et donc si tu veux, tu n’as pas à trop te prendre la tête au départ. Sur la gestion des trucs, des pays, des lois, des machins. Grosso modo en dropshipping, quand tu vends une pièce par une pièce, ton truc sera envoyé par la China Post ou je ne sais où tu vas acheter… En colis normal. Cela passe les douanes tant que c’est qu’une pièce. Tu n’as pas de taxe de douanes. Il n’y a pas de machin ou de truc… C’est border line, on est d’accord. Parce que, tu sensé payer des douanes à la sortie et à l’entrée logiquement. Ce qui sera le cas quand tu vas commencer à vouloir stocker puis acheter des lots de cinq cent pièces ou mille pièces. Par contre, tant que tu vendu une pièce au début… On passe un petit peu entre les mailles du filet une fois de plus. C’est très bien pour un démarrage. C’est facile pour un démarrage puisque le temps que tu arrives à devoir stocker, par exemple, pour répondre à un besoin de clients différents et pour améliorer ta qualité de service, tu auras déjà encaissé des sous pour commencer à comprendre comment fonctionne la pub Facebook. Tu sauras commence à comprendre comment fonctionne le marketing sur internet et donc tu auras commencé, si tu veux, à te professionnaliser dans le business. Et donc tu sera beaucoup plus à même de comprendre l’écosystème, de comprendre les problématiques et de sniper beaucoup plus vite les problèmes. Donc c’est parfait pour un démarrage. Le drop… Petite question, tu me parles de cinq cent pièces mais par exemple, tu as cinquante qui prennent une pièce à chaque fois. Cela reste dans le modèle que tu me disais ? Exactement. En fait, si tu veux, on te le montrera après mais, grosso modo, le mec vient et commande sur ton site… Toi, tu as ta commande en back office. Ok. C’est à dire que tu reçois une notification d’ailleurs, qui est très sympa, qui fait un petit bruit de bandit manchot. C’est toujours bien pour l’ego et qui t’a dit :”Ok, tu as fait une commande de 24 euros”. Ta commande est inscrite dans ton back- office. On met en place des logiciels ou on met en place des trucs qui permettent, si tu veux, de connecter directement le fournisseur à ton back office. Grosso modo, tu appuies sur trois boutons et tu envoies ta commande à ton fournisseur avec l’adresse, avec le produit, avec le machin, etc. Tu précises un petit message surtout : que c’est du drop shipping, donc pas de pub, pas de trucs et pas d’information que ça vient de chez toi. Et le mec, envoie directement ta commande. Et donc ça, si tu en as cinquante, c’est ça fois cinquante. Cela prend un peu de temps aussi. Tout ce qui est SAV et tout ce qui est pilotage. Mais en automatique, on te montrera après si tu une commande aujourd’hui. Comme ça, on montrera. Et donc du coup. C’est un gain de temps qui est ouf. Parce qu’à l’époque, admettons… Avant tout ces logiciels là, tu faisais déjà ça. Tu achetais déjà en Chine même via Aliexpress et tu revendais en France. J’ai plein de potes qui on fait ça. Des survêt’, des machins où ils prenaient par dix pièces et ils stockaient à la maison ou il faisaient à la pièce. Admettons tu voulais faire ça. Ta commande arrive sur ton site ou elle arrive même en direct. Tu me passes ta commande, tu me payes en cash et voilà. Il fallait que j’aille sur le site, que j’ajoute de nombreux produits au panier et que je saisisse ton adresse. Aujourd’hui, les logiciels font tout automatiquement. Cela aussi c’est un gain de temps qui est super intéressant et qui est énorme. Aujourd’hui dans la gestion et dans le développement de ton truc, c’est donc effectivement à chaque fois cinquante commandes d’une pièce. Par contre dans ta négociation avec ton fournisseur, tu lui as commandé cinquante pièces. Cela aussi sur le long terme; derrière ça va être intéressant car, quand bien même tu achètes à la pièce, tu peux commencer à acheter de la pièce certes mais ce mois-ci je t’en prends cinq cent… Qu’est ce qu’on fait en termes de prix, qu’est ce qu’on fait en termes de délai. Est-ce que tu ne peux pas m’augmenter, par exemple la qualité de la livraison ? Est-ce que tu ne peux pas me descendre le prix, etc. Voilà pour ça. Des questions par rapport au modèle un petit peu ? Les opportunités que ça peut engendrer ? Les problématiques que ça peut engendrer ? Voilà. En terme de budget maintenant. Parce qu’effectivement je t’ai dit que c’était intéressant et peu coûteux… On va parler un peu plus précisément du budget nécessaire et du budget envisagés pour se lancer. On parlait de cinquante euros. Moi je tablerais plus sur cent ou cent cinquante, on va dire, pour avoir un petit peu de marge de manœuvre. Grosso modo… Cinquante euros donc entre cinquante et cent cinquante : petit budget, ok. Bon, même si pour certains quand tu es étudiant ou quand tu es jeune ça peut être… Voilà. Mais petit budget, surtout par rapport à ce que ça coûtait avant. Et tester rapidement si la boutique peut être viable. C’est à dire que, grosso modo, avec ce budget là, tu sais si tu continues le business ou si tu l’arrêtes. Ça c’est quand même plutôt pas mal, c’est à dire que tu vas développer un truc. Tu vas mettre les bonnes actions en place. Alors peut-être qu’effectivement cette niche là, ce site là… Il fallait peut-être un peu plus creuser pour trouver la bonne solution. La majorité des trucs, ont va dire quatre vingt pour cent… Avec cent cinquante euros, tu sais s’il y a une fraction ou pas. Tu sais s’il y a des intérêts ou pas. Pourquoi ? Parce que simplement, on va mettre une publication sur Facebook. On va aller taper la bonne audience, les bonnes personnes. Donc le temps de trouver l’audience, on va gaspiller un petit peu de budget. Quand je vois qu’on a trouvé la bonne audience c’est simple : si tu as beaucoup de commentaires et si tu as beaucoup de partages c’est qu’il y a un intérêt pour le truc. S’il n’y a pas, c’est qu’il n’y a pas d’intérêt. C’est comme ça qu’on va être capable de faire des tests un petit peu rapidement et efficacement. Publicité Facebook pour pouvoir tester et amener du trafic sur votre boutique au démarrage pour le tester. La majorité du budget va passer là dedans. Bien évidemment, au début tu as 14 jours de Shopify gratuit, d’accord. Tu vas avoir entre 5 ou 6 applications. Que l’on va acheter et qui vont coûter en moyenne 9 dollars par mois et qui sont gratuits au début. C’est à dire que, par exemple les cinquante premières commandes, c’est gratuit. Donc au début, tu l’as bien compris c’est peanuts. Donc ton budget il passe dans dans le thème, Dans un thème graphique pour que le site soit beau et il passe dans la pub. Ça, tu peux entre 21 et cinquante tu vois ? Tu as un truc qui peut être correct. Tout le reste, c’est ça. Et donc ça. Donc ça c’est 29 euros par mois, je crois, le minimum sur Shopify et avec cela c’est tout. On a testé le business : on sait si on est bon, si on est clean, on sait si on veut continuer, si on peut continuer… Les fournisseurs se trouvent également de façon gratuite, c’est à dire qu’effectivement quand on parle de budget, il ne faut pas que tu achètes des fournisseurs, il ne faut pas que tu achètes quoi que ce soit à machin. Les fournisseurs c’est pareil, c’est gratuit pour démarrer. C’est à dire que tu trouves mais pas forcément les meilleurs fournisseurs. Tu ne trouves pas forcément les meilleures conditions de travail avec les fournisseurs ni les meilleurs tarifs ni les meilleurs délais. Parce ce que tu démarres. C’est toujours pareil, tu vas avoir peut-être des gars qui marchent un petit peu plus, qui iront un petit peu plus lentement… Mais ça ne coûte rien. Après, de fil en aiguille et de paire en paire tu vas vouloir commander et tu vas commencer à discuter avec des chinois, des mecs en Afrique, des mecs en Europe de l’est et au bout d’un moment tu vas avoir les bons contacts et donc derrière ce ne sera pas gratuit parce que tu les auras payer avec ta sueur tes fournisseurs. Mais à l’époque où, potentiellement, pour faire de l’import-export, il fallait payer deux intermédiaires qui te faisaient rencontrer la bonne personne. Aujourd’hui c’est gratuit. Aujourd’hui la Chine est beaucoup plus accessible et beaucoup plus facile qu’il y a cinq ou dix ans. Comme on le disait, c’était une vraie barrière d’entrée sur le business d’avoir du réseau. Aujourd’hui Alibaba débarque en Europe. Donc, aujourd’hui ce business l’a, parfois il fait peur parce que les gens n’osent pas payer sur des sites chinois, etc. Demain, le fournisseur principal du dropshipping qui est Aliexpress / Alibaba arrive en Europe. Donc il aura encore plus de facilité potentielle à avoir Alibaba ou Aliexpress. D’où le fait que ça ça va revenir encore plus au premier plan. Qu’est ce qui va se passer ? Les mauvais vont arr^ter et ne vont plus vendre et ne pas persévérer et ceux qui veulent vraiment développer du e-commerce vont tendre vers ça pour continuer à faire ce qu’ils savent faire : c’est ça et sur le long terme. Ils resteront et ils gagneront. Les inconvénients du drop shipping ou les limites du drop shipping… Principalement, comme on l’a dit, tu vas bosser avec Aliexpress. Alors il y en a d’autres fournisseurs et on en recommandera d’autres parce que c’est bien pour démarrer. C’est pas forcément le meilleur sur le long terme. Comme on l’a dit hier, parfois tu peux t’ orienter vers du drop shipping fait main et c’était avec des petits producteurs et ça va avoir une valeur aussi sur ton marché qui va être super intéressant parce que lui, par contre là, ça sera de l’exclusivité et ça sera du fait main etc. Donc tu auras beaucoup plus davantage. Mais on va dire qu’on part sur Alibaba et Aliexpress. En moyenne, ils vont annoncer dix à quinze jours. Dans les faits, ce sera toujours supérieur à vingt et un jours, en moyenne. Au mieux tu vas réussir à trouver un chinois après six mois de boulot qui te fera ça en dix jours. Un sur dix. Il arrive chez le voisin…. Et ça génère du SAV. Enfin, grosso modo, les délais de livraison c’est le premier problème de ce business. C’est à dire qu’il va falloir que tu vendes un truc qui ne vaut pas très cher, plus cher que ce qu’il vaut entre guillemets. Pas plus cher que ce qu’il vaut… Ce n’est pas vrai ce que je dis. Il va falloir que tu génères une valeur perçue forte auprès d’un client sur un produit, souvent qui est peu cher tout en lui glissant gentiment qu’il sera livré 21 jours plus tard. Ce qui, en 2018 est quand même une aberration. Tout le monde veut tout, tout de suite et tout demain etc. C’est donc l’idée : c’est que nous on dit : “Réduction” On dit : “pas cher”. Mais on dit :”délais de livraison élevés”. Donc on dit qu’en général tu vends un produit à vingt balles et que tu as payé deux euros… Tu dis :”Voilà, par contre moi pour avoir des coûts faibles et pour vous permettre de vous donner accès à ces produits là, à ces tarifs là, malheureusement, je suis obligé d’avoir un processus logistique un peu complexe et un peu diversifié qui coûte moins cher. Donc les délais de livraison sont élevés. Par contre je vous offre, par exemple, les frais de shipping. Pas de frais d’envoi. Vous ne payez que le produit. C’est un peu plus long mais c’est gratuit. Donc tu y gagnes. Voilà il faut faire du marketing autour de ça. Mais l’inconvénient majoritaire c’est quand même les délais de livraison. Il y a des solutions. il y a des solutions…. J’ai des mecs qui sont très très bon là dedans. Ils font des centaines de milliers de CA et ils ont réussi à bosser avec des chinois en sept jours pour arriver en Europe. Mais, c’est pareil. Tu ne fais pas ça du jour au lendemain et moi-même dans mon drop shipping, ça a toujours été du du dix ou quinze jours. Alors après il y a d’autres parades à ça. Il y a d’autres trucs mais après du coup tu ne fais plus du drop shipping. C’est là tu commences à mixer les business. C’est à dire que, une fois que tu commences à vendre un best-seller… On va dire que tu as un best… Tu en vends dix par jour. Tu en achètes cent et tu en achètes mille. Et tu vas le foutre,par exemple, ou chez toi ou chez Amazon. Et tu vas faire partir directement les commandes de chez Amazon à ton client. Ce qui se passe, c’est que tu passes de 21 jours de livraison à un jour. Donc, des retours clients plus positif, donc moins de SAV, donc moins de relous et donc plus de valeur pour ses clients. Et donc potentiellement plus de clients. Il ya plein de parade à ça mais c’est quand même un des blocages aujourd’hui. C’est le premier dans ce business où du moins, des tournures marketing à travailler pour faire passer la pilule, entre guillemets. Parce que, par contre, tu es obligé de le dire légalement, dans tous les cas. Et dans tous les cas si tu ne le dis pas, tu vas voir un SAV monstre. Donc il faut l’annoncer. Il faut bien l’annoncer. Une autre problématique : C’est la qualité des produits Parce que j’avais un prof qui disait :”Une heure, ça vaut une heure et un euro, ça vaut un euro”. Faut pas rêver aussi à un moment donné. C’est à dire que quand tu achète des produits à un euro de matières premières même si c’est des fournisseurs, etc… C’est quand même moins cher et tout, on est d’accord. Donc même, ce qu’on pourrait aller acheter à un euro, tu le retrouves à cinq balles sur un marché et ça pourrait passer. Quand tu le vends à vingt euros au bout d’un moment (et tu vas voir que tu va être obligé de vendre cher parce que ta marge va se décomposer sur la pub Facebook, etc. Donc les coups ne sont pas uniquement les coûts de ton produit. Tu vas avoir aussi le coup de ton advertising. Et tu vas quand même avoir une qualité de produit qui est assez faible. Alors c’est toujours relatif, c’est toujours… Cela se débat… Tout ce qu’on veut.. Cela va être toujours subjectif dans tous les cas. C’est à dire qu’au bout d’un moment aussi quand le mec t’achètes un truc à dix balles, il ne faut pas qu’il s’attende à avoir un produit de qualité de dingue. Tout dépend comment tu vas le marketé aussi. Donc il y a quand même une qualité de produit, en tout cas, quand tu passes par ce circuit là qui ne va pas être extraordinaire. Cela restera des produits chinois et achetés en Chine. Par exemple, en termes de parade, l’idée c’est de ne plus acheter en Chine. Tu arrives à te fournir, par exemple, en Europe dans des pays comme la Pologne… Machin… Même à Aubervilliers. Mais il y a plein de potes qui font ça. Ils montent des business à Aubervilliers. Après il y a un intermédiaire supplémentaire du coup c’est de la marge en mois. Oui mais après ça dépend où vas tu l’acheter, c’est toujours pareil. Tout se discute, mais du coup, tu as une qualité de produits mais tu as un truc à gérer autour de ça quoi. Il faut anticiper ça et les parades, c’est de… Effectivement, soit de changer de fournisseur et de monter un peu plus en catégorie et donc de payer plus cher mais de pouvoir améliorer la qualité de service derrière et donc améliorer ton business. Un petit exemple, mais le fait pour moi, d’avoir des fournisseurs à Aubervilliers. Cela donne une facilité au niveau du SAV. Il y a une facilité sur tout. C’est à dire que tu peux avoir du stock, livrer plus vite et c’est open bar champagne. Tu achètes ce que tu n’auras pas… Si tu appliques le modèle complet, oui, carrément. C’est une amélioration du business. Mais là c’est déjà de l’amélioration. Le brut de brut, c’est que tu achètes… 3 semaines… Machin. Mais effectivement, dès que tu vas être capable d’apporter plus de valeur alors c’est mieux. Forcément, un autre inconvénient c’est la concurrence sur le marché. Si c’est aussi simple que ce que je te dis, c’est que des tonnes de personnes peuvent se lancer. Alors il y a plein de peurs à l’entrée comme la peur d’entreprendre. On ne sait pas si ça va marcher donc on ne se lance pas, etc. Monsieur tout le monde ne fait pas encore du drop shipping. Mais… De plus en plus de personnes avec des bons formateurs qui ont fait de bonnes grosses campagnes de marketing, et qui ont vraiment vraiment amener des gens à se lancer. A découvrir déjà cette opportunité du e-commerce en dropshipping et ensuite de leur donner les armes pour se lancer à leur tour. Donc il y a de plus en plus de concurrents. Après ce qui est cool, c’est que le marché, c’est la sélection naturelle. Donc tu ne vends pas pendant un mois, tu en as plein le cul, une baisse de motivation ou tu n’étais pas fait pour faire ça alors tu arrêtes. Après c’est toujours pareil… La sélection naturelle se fera sur ce circuit là et elle se fera surtout sur ce circuit la d’apport de valeur. Je pense que tu as compris mais quand même il y a un inconvénient : c’est que c’est facile à l’entrée et que les barrières à l’entrée ont diminué donc qu’il y a naturellement plus de monde sur le marché aujourd’hui. Par contre, à long terme ça a tendance à augmenter. Mais on va dire que le boom qu’a fait le drop shipping et le lancement du nombre de e-commerçants… Si tu veux, ça va se glisser sur le temps gentiment pour revenir à une croissance classique d’augmentation des coûts et des e-commerçants. Un autre inconvénient du drop shipping… Après c’est un positionnement… C’est peut-être subjectif ce que je vais te dire. C’est le fait de ne pas créer une marque forte ou une différenciation forte auprès des clients. Donc, toujours pareil, de ne pas apporter beaucoup de valeur. Tu as beaucoup de gens qui font ce modèle-là en vendant comme on le disait, par exemple, hier : le sac. Monsieur ou Madame tout le monde ne connaît pas ça. On va faire une belle publicité, on va réussir à en vendre des tonnes sur le fait de :”je ne sais pas”. C’est comme à l’époque – mais ça on ne le voit dans tous les business – quand tu ouvrais une agence web ou qu’ils étaient capables de développer des sites internet, il y a dix ans, personne ne savait développer un site internet et ça coûtait dix milles balles de monter un site internet. Parce que personne ne connaissait quoi que ce soit. Et il y avait ce syndrome de l’expert où personne n’ose mettre les mains dedans et où c’était compliqué de le faire. Donc tu avais cette espèce de barrières à l’entrée qui était ouf et qui aujourd’hui, n’existe plus. Les coûts sont complètement descendus et explosés. Et le truc c’est que du coup, la différenciation, il faut la faire mais la majorité des gens utilisent ce business model là. Sans forcément avoir cette vision là. Ils tirent leurs marges et il ne tirent pas de différenciation. Ils ne créent pas d’identité et ne créent pas de marque. Juste, ils abandonnent quoi. Donc ce que je conseille par rapport à ça, comme je te l’ai déjà dit c’est de créer une identité forte et de créer une différenciation. Donc avec le marketing et l’histoire que tu veux raconter aux gens. Avec l’histoire que tu veux raconter sur tes produits. Et faire ce que les autres ne font pas. Je pensais à un truc : lorsque tu achètes un produit… Mais je pense que beaucoup d’entre vous ont dû le faire. C’est de recréer ta marque par dessus. C’est mais ça par exemple tu n’es pas capable de le faire en faisant du “one pièce”. Par contre avec Aubervilliers, tu serais capable de faire un truc comme ça. Exactement. Oui, là tu apportes de la valeur et là tu crées un branding. Là, tu es dans l’art. Là tu es déjà à un autre stade de e-commerce. Là tu n’es pas au stade du drop shipper qui est là, à vouloir faire ses premières ventes et à créer ces petits trucs et à voir si ça fonctionne. Là t’es un vrai e-commerçant. “Ok, il y a tel type de produit qu’ils aiment bien. Comment est-ce que je peux le modifier ? Comment est-ce que je peux le façonner pour en faire mon propre produit à partir du moment où un produit est modifié en France, il est “made in France”. Génial… encore une autre différenciation et encore de l’apport de valeur. Et là, par contre, tu commences à faire du pognon. Je te montrerai un site qui a démarré en dropshipping et qui d’ailleurs fait de la fabrication. Il fait juste de l’altération. Il a gagné du “made in France” du coup, etc. Et on vend des bracelets là, à 58 euros. Alors que c’est les mêmes paires de bracelet à un euro. Mais on a créé un branding, on a créé un truc. Et en fait pourquoi il y a tout ça là, toute cette effervescence des marques comme Zorata par exemple qui sont des marques parties en dropshipping. Sauf qu’ils ont fait un marketing hyper haut de gamme avec un marketing minimaliste à la Apple avec des petites marques, des liserés en or et des belles photos. Les bracelets à côté des belles Rolex et donc tout de suite le bracelet, on te dit : “c’est cent cinquante balles”. C’est couleur or. On t’a dit que c’est couleur or. Et c’est une ficelle avec une encre et un machin. Mais ils ont posé une marque, ils ont posé une qualité et c’est sur des marques qui ont explosé. Mais explosé ! Des millions et des millions d’euros de chiffre d’affaires, parti sur un business en dropshipping totalement traditionnel. A partir du moment où tu commences à faire du volume derrière, tu négocies avec ton fournisseurs. Tu te débrouilles pour avoir au début des produits de type “marque blanche”. Donc, sur lequel lui te donne des packagings neutres, etc. Pour combien on pourra poser mon logo ? C’est combien pour faire poser mon machin ? Combien pour faire une différenciation sur le produit ? Après, les chinois sont capables de faire tout et n’importe quoi. Mais je pense que tu devrais déjà un petit peu le savoir. Donc c’est là effectivement où tu vas vraiment commencer à sortir du drop shipping traditionnel pour faire un vrai business de e-commerce, créer ta marque, te différencier et faire des campagnes de com’ qui sont différentes. Etc. Le slip français par exemple, ce qu’ils font très bien c’est tout ce storytelling. Toute cette histoire qu’ils racontent, toute la provenance des produits, machin… Et dans tous les cas, ils ont toujours fabriqué en France si je ne dis pas de conneries. Depuis le début. C’était vraiment son utopique pour des slips chers mais ce sont des slips faits en France. Mais, une différenciation et une identité forte. C’est un très bon exemple : le slip français pour faire ça. Il faut trouver, au départ, on va dire sans trop de sous et sans trop de connaissances, machin. Partir avec ça. Comment, on tend vers ça, vers une marque, vers de la différenciation et vers un vrai business e-commerce. J’ai eu hier soir mon associé au téléphone. On a acheté un business. Drop shipping à 100%. Qualité proche du médiocre. 21 jours de livraison sur un produit acheté. Aujourd’hui, il m’a dit :”Ok, c’est bon je bazarde tout et j’arrête Shopify”. “J’arrête Shopify et je crée des sites où on est propriétaire à cent pour cent”. Je réimporte uniquement les catalogues que l’on est en stock et je ne fais que du qualitatif. Tu vois, je sors de la dynamique du dropshipping traditionnel et je crée ça. Sauf que la différence est où ? Que de zéro à mille cinq cent, ça s’est fait là-dessus par jour et à ce moment là, tu as les fonds pour pouvoir mettre dix, vingt ou trente mille dans du stock, dans un site… Une fois de plus c’est très bien selon moi pour démarrer et pour se faire des dents. Ne serait-ce que pour apprendre le comportement des gens. Comment est-ce qu’ils achètent ? Pourquoi est-ce qu’ils achètent. Comment faire mes discours marketing ? Comment faire mes bonnes fiches produits ? Quels sont les outils à mettre sur un site ? C’est gratos. La courbe d’apprentissage, c’est du temps. Tu n’a pas d’argent à investir. Ce qui ne serait pas le cas si tu investissais trente mille et que tu te plantais avec. Donc voilà. Inconvénient : c’est le SAV important. SAV important, lié à quoi ? Lié à la question de qualité, lié aux questions de délais. Sur mon site c’est écrit en gros quand tu achètes et que tu vas recevoir entre trois et cinq semaines. Au bout de deux jours les gens m’envoient un message et marquent “Je n’ai pas reçu mon colis c’est normal ?”. Tu n’as pas le choix, tu peux pas laisser un SAV couler. Donc, grosso modo, ce qui se passe c’est à partir du moment où tu fais entre cinq et cinq cent et mille euros par jour. il faut quelqu’un pour gérer les emails, sinon tu passes six heures par jour. Et parfois c’est des emails relous. Parfois c’est des commandes. Parfois c’est des photos. Parfois c’est du :”Je ne suis pas contente que ma commander n’est pas arrivée mais ma commande est arrivée cassée. Qu’est- ce que je fais ?. Et dans ce business là tu ne peux surtout pas te permettre de faire des remboursements parce que quand tu rembourses, ça veut dire que tu perds le prix du produit plus le prix de la publicité que tu as déjà payé. Donc tu as avancé de la trésorerie. Si tu dois rembourser, tu es mort. Donc il faut que tu te démerdes pour que le mec ait un bon de réduction. C’est là où tu perds le moins d’argent. Donc tu es obligé. Donc quand tu fais du SAV c’est toujours un petit peu tricky. C”est toujours un peu psychologique. “Je vous renvoie le produit Monsieur”. Tu vas le renvoyer en Chine ? Non tu ne peux pas le renvoyer en Chine pour une pièce ça ne vaut pas le coup, ça ne sert à rien. Tu vas payé plus en frais de renvoi. Tu vas lui donner son adresse personnelle ? Et tu vas le faire renvoyer chez toi ? Non, ça ne va pas le faire, forcément. Oui, tu vas le faire parce que t’as pas le choix en gros. Mais, tu dis au gars :”Gardez-le”. Souvent le mieux c’est : “Gardez-le, je vous envoie un autre produit gratuitement”. “Choisissez celui de votre choix dans le catalogue.” “Je vous envoie d’autres produits gratuitement et je vous envoie un nouveau bon de réduction pour votre prochaine commande.” Tu te démerdes, pour pour qu’ils ne demandent pas de remboursement. Donc effectivement le SAV est important et chronophage. Mais… Toujours pareil, ça va se palier en apportant plus de valeur et en réduisant les délais de livraison en améliorant la qualité de ses produits. Tu diminueras naturellement ton taux de SAV. En moyenne c’est 4 à 5 % de remboursement sur une boutique. C’est beau ça. […] Donc voilà, en moyenne c’est le taux qu’il faut éviter. Et donc, une fois de plus pour moi je pense que c’est une bonne première étape pour se lancer avant de créer ta marque, avant de créer tes propres produits, parce que là aussi où tu vas améliorer la qualité et tu l’as compris c’est effectivement comment est-ce que je ferai mon produit ? Parce que, créer sa marque c’est cool mais si tu crées ta marque mais qu’à l’intérieur tu mets les produits des autres qui sont moyens. Cela ne vaut rien. Comment est-ce qu’on peut créer ses propres produits, etc ? Mais avant de faire tout ça et avant d’engager des coûts, avant d’engager tout un processus, qui, parfois peut être compliqué… Tu n’as qu’à te focaliser sur le trafic et les ventes. Et donc c’est un avantage déjà. Une fois que tu maîtrises ces deux leviers là. Boom, génial ! Maintenant on peut faire mieux et on peut se focaliser sur autre chose. C’est cool aussi car c’est possible de faire du dropshipping en Europe et ailleurs et avec des produits de meilleure qualité. Donc on en parlait déjà tout à l’heure. Et ce qui est surtout cool aussi c’est que tu peux dropshipper et là pour le coup être vendeur. Donc ne pas acheter à tes fournisseurs qui sont en Europe mais être vendeur dans le monde entier. Demain tu peux devenir dropshipper sur le marché américain. Pour zéro. Alors que demain tu veux lancer un business réel pour le monde aux Etats Unis qui a un marché intéressant quand même sur plein de coutures. Mais c’est compliqué ! Parce que c’est de la logistique, les bateaux, les machins, on fait par avion et tout… C’est une galère. Là, tu n’as pas toutes ces galères. Tu as le chinois qui enverra directement aux States. Et donc ça peut être cool pour aller prendre aussi un pouls sur un marché. Pour aller prendre un premier pouls sur un marché, tu lances un petit shopping pendant quinze jours avec un produit on va dire que tu as déjà ton produit qui est prêt. Tu veux lancer une marque de vêtements de tels types et super haut de gamme, etc. aux States. Sauf que pour attaquer le marché même en ayant les outils prêts, ça me coûte dix, vingt ou trente mille balles…Aucune idée. Alors que pour cent balles. On va jouer et on prend le pouls du truc et ça peut te permettre de faire des études de marché réelles et rapides. Efficaces quoi ! C’est vraiment la vision que j’ai pour moi du dropshipping. Voilà, comme on l’a déjà dit : moi, j’ai des exemples dans mon quotidien de mecs qui, en six mois, ne connaissaient rien à la publicité Facebook, ne connaissaient rien au e-commerce et faire dix mille euros de bénéfices par mois. Six mois après dix mille euros… Cela fait quand même de l’oseille ! Dix mille euros, ça fait beaucoup d’oseille. Donc c’est possible. On a parlé des chiffres au début de cette formation. Il y a énormément d’argent, c’est gros. Il y a un gros gâteau. Il y a beaucoup de gens qui achètent et de plus en plus qui vont acheter. Donc il y a un truc à faire ! Clairement, je pense que si en trois mois tu es capable de faire tes deux cent, trois cent, cinq cent euros de ventes par jour, c’est cool. C’est vraiment cool. Après il faut voir aussi le budget pub que tu as investi. Là, c’est toujours pareil. Tu as des gens qui font dix mille euros par jour mais qui mettent neuf mille de pub. C’est toujours après un rapport. En général, on dit souvent que c’est trente, trente, trente. C’est à dire qu’il faut que tu aies : trente pour cent de produits, trente pour cent de pub et trente pour cent de bénéfices. Plus de concurrence sur le marché. Mais c’est toujours pareil comme je te l’ai dit tout à l’heure, sur le long terme, le marché fait le tri. Entre les vrais commerçants et les gens qui étaient juste là par opportunités et qui on fait du cash et qui se sont arrêtés. Voilà. Un truc a rajouté Antho ? Une question, Alex ? Cela donne envie en tout cas même si je n’ai aucune connaissance, il y a pleins d’idées qui viennent. A partir du moment où c’est une niche comme pour le poker, tu peux prendre du plaisir à le faire. C’est vrai que c’est mieux sur le long terme aussi. On en parlait hier, mais effectivement, tu as des niches qu’on appelle des niches à argent. Des niches en or… Il ya six mois, tu lançais un drop shipping sur les bébés, sur les chiens, sur les chats, sur la cuisine, Il y a tellement de produits best sellers comme un un petit peu les produits comme je te le disais hier, de Télé Achat classique. Tu faisais une belle pub, tu avais compris la pub Facebook et tu te gavais quoi. Par contre à un moment donné… Est-ce que ça te fait kiffer d’écrire des fiches produits, des trucs de cuisine, d’écrire des recettes pour faire référencer ton site, etc ? C’est ce qu’on disait hier par rapport à la niche de yoga. C’est une super niche. C’est à dire que si tu arrives à faire ton trou rien qu’ en francophonie, tu peux gagner ta vie .On connait des mecs qui font cinquante mille balles par mois sur cette niche là en bénéfices et en fin de mois. Après, il faut avoir envie de vendre des pierres, il faut avoir envie de vendre des bracelets. C’est une philosophie. Cela dépend à quelle philosophie tu fais ça. Quelle approche tu as mais effectivement pour pérenniser sur le long terme je pense qu’il faut quand même que le truc t’intéresse au minimum. Ou tu pars dans l’optique de :”Ok, je fais un coup. J’ai des potes qui font ça aussi. C’est à dire qu’ils montent des sites éphémères entre guillemets parce que dans tous les cas comme ils ne visent pas sur le référencement naturel mais visent uniquement sur le trafic payant, on s’en fout. Tu peux faire un site et le fermer six mois après et tu passes à autre chose. Et donc, en fait ils font uniquement des sites souvent “mono-produit”. Ce sont produits stars. On sait que ces produits là sont une tuerie et on crée un site uniquement on l’appelle “Sac à dos nomade”, Et on vend ce sac à dos anti-voleurs, anti truc et anti-machin… Fait une superbe vidéo, un super truc et on envoie tout le monde uniquement sur le site. Avec un objectif clair et un produit simple à acheter. Pas de complexité. Tu l’achètes ou tu te casses. Il n’y a pas de produits où tu peux te perdre dans le catalogue… Non ! Tu achètes ou tu te casses ! Et on prend cinquante mille sur ce produit en trois mois et on ferme le site et on en remonte un autre… Ce qui est une autre stratégie mais qui pour le coup tu ne construis pas sur le long terme. Donc ça dépend vraiment de ce que tu as envie de faire. C’est du “make money”. Tu es là et tu fais ton coup. Mais après attention. C’est à dire que si tu fais ça et j’ai jamais un ami en tête qui fait ça depuis des années… Lui en fait, son long terme c’est ça… Sa marque de fabrique c’est de faire des produits éphémères. Donc qu’est-ce qu’il a développé ? Il a développé de la valeur pour lui en interne et même à ses clients dans le fait de créer des process pour rapidement créer un site rapidement, créer une communauté rapidement, comprendre comment fonctionne le marché, s’adapter et faire la publicité qui va bien. Améliorer les délais de livraison parce que pour le coût, lui il stocke et il envoie tout chez Amazon et donc il fait du un jour et c’est pas du 21 jours. Donc si tu as un nouveau produit qui émerge sur le marché et qui te livre en 21 jours et l’autre en un jour et ils le vendent au même prix… Pas de débat… Tu achètes en un jour. Et si tu veux… Il a fait… La valeur qu’il a créé, elle est là. Elle est dans sa capacité à créer des sites à la chaîne comme ça. Super vite, et de capter les modes capter et les tendances et donc c’est un mec qui a capté les tendances comme le power balance. C’est un mec qui a capté des tendances comme les sacs qu’on met sur la plage et qu’on en voit plein en Thaïlande pour t’allonger dessus dans l’eau, etc. C’est des centaines d’euros sur une période de six mois. Les hand spinners aussi. C’était de l’or en barre. C’était un euro et vendu douze en moyenne. Après ça a été bloqué parce qu’ils ont mis les normes CEE sur les hand spinners qui rentraient en France. Donc à partir du moment où tu n’avais pas les normes CEE, tu étais bloqué à la douane. C’était des dizaines de millier de hand spinners bloqués à la douane. Mes potes ont pleuré un peu mais il s’étaient tellement gavés sur les deux ou même sur les quatre, cinq ou six premières commandes qui étaient arrivés. Ils avaient déjà inondé le marché et Amazon, c’était des centaines de hand spinners par jour vendus sur chaque fiche produit. C’était c’était le feu ! Alors par exemple rapidement pour le process. Grosso modo donc, tu achètes… Donc tu as deux phases : la phase de débutant et la phase un peu plus intermédiaire. La face débutante : tu achètes tes cent pièces sur Alibaba ou Aliexpress, ok ? Peu importe. Tu as tes cent pièces qui arrivent chez toi. Tu fais des colis de, une pièce, que tu mets sous enveloppe ou sur ce que tu veux… Tu t’inscris sur Amazon FBA. Tu dis :”Bonjour, voila, je voudrais devenir revendeur Amazon. Je voudrais stocker chez vous. Tu as deux trucs : ou tu stockes chez eux et tu vends par leur intermédiaire ou bien tu stockes chez eux, point. D’accord ? Tu as les deux services “différents” pour un service qui est le stockage. Tu as un prix au mètre carré. Ou au mètre cube… Je ne sais plus c’est à la palette au mètre cube. Et pour un service qui est la vente via leur plateforme, ça doit être pas loin de 15 % du CA vendu qu’ils te prennent. Donc, grosso modo, c’est deux gros business différents : un logistique et un business de vente et de marketing. Et donc tu fais tes petits paquets. Tu prépares tes petites commandes et puis via le site là, tu dis :”Moi j’envoie cent pièces, machin, donc eux ils t’impriment… des scans code et ensuite tu envoies ton colis directement chez Amazon à la plateforme à Lille, par exemple, et ils scannent ton ton truc qui est stocké dans ton espace que tu loues (ton mètre cube que tu loues). Il y a une commande et ta commande est envoyée chez Amazon. Avec un mécanisme direct ou indirect que tu dois créer toi. Cela dépend. Si par exemple, tu reviens de ton site internet perso, il faut que tu crées une moulinette qui prend la commande de ton site et qui l’envoie chez Amazon, par exemple. Mais, grosso modo, tu as un tunnel qui fait le lien entre ton ton site Amazon… Comme on arrive chez Amazon, le mec scanne, ça décompte et ça part chez le client final. C’est pas super compliqué et c’est surtout un prix de stock défiant toute concurrence et la livraison en j+1 dans toute la France. Là ils ont commencé à faire la livraison à la demi-journée maintenant. Si je ne dis pas de conneries en France. Uniquement sur Paris avec Amazon prime. Ils ont un système qui est juste ouf. Donc ça c’est beau. après cette autre partie là c’est beau aussi Sachant que c’est des millions de visiteurs qualifiés tous les jours. Ils utilisent Amazon plus comme un moteur de recherche que, uniquement, comme un endroit où acheter. C’est à dire que tu cherches ton produit sur Amazon comme si tu pouvais chercher sur Google, et donc tu as un listing de fiches produit sur lequel tu peux te référencer aussi comme sur Google. Et les gens achètent quoi. Souvent quand tu as une recherche sur Amazon, le mec a une intention d’achat qui est élevée. Donc c’est un prospect très qualifié et donc effectivement ils vont te grailler une bonne partie du bénéfice, mais bon… Si tu en gagnes et si tu en a toujours… C’est toujours très intéressant surtout que ça peut être quasiment automatisé et c’est récurrent. Et c’est du long terme. C’est des vrais chiffres. Amazon peu te donner : “sur ce produit là, les trois dernières années, on en a vendu autant”. Toi tu te dis :”Ok, si je me mets, j’ai une tendance”. “Je ne pars pas à l’arrachée non plus”. Je ne pars pas à l’improviste. Ils ont des vrais outils quoi ! Pour que tu puisse planifier un business en ayant déjà une visibilité de ce que tu vas vendre. Ce qui est quand même magnifique. Aujourd’hui, quand on lance un truc et qu’on peut avoir une certitude de la réussite d’un business, c’est quand même… Avant tu faisais un business plan qui te coûtait dix mille balles par des mecs en costard qui n’avaient jamais mis un pied sur le terrain. Aujourd’hui on peut te dire :”Moi, des trucs comme cela, j’en ai vendu dix milles le dernier mois”. Et voilà ! Voilà le drop shipping avec les inconvénients et les avantages et puis voilà !

12 thoughts on “Le e-commerce en dropshipping est il une arnaque ? formation ecommerce (6/6)

  1. Bonjour. Toujours aussi sympas et enrichissantes tes vidéos et tes conseils. Je suis abonné à ta chaine YouTube depuis des mois et j’apprends des choses. Merci. En revanche, en tant que professionnel de la communication par la vidéo et de la réalisation, je pense que tu devrais réfléchir à améliorer sensiblement la qualité de tes vidéos (cadrage et éclairage essentiellement). Tu pourrais ainsi marquer davantage les esprits en te démarquant de la concurrence et améliorer ta visibilité. Je reste à ta disposition si tu veux en parler en privé. A très vite. Pascal Tribo (www.web-video-pro.com).

  2. Superbe vidéo ! Bravo ! Elle est percutante par ça clarté et ça synthèse, elle dresse un superbe état des lieux du business en ecommerce et des différentes stratégies en droopshiping, simple et clair ! Merci !

  3. Ne supprime pas les vidéos formations! je vais les regarder plus d'une fois. Si il y a possibilité de s'entre voir un jour 😉 "Enseigner n'est pas transmettre des idées. Enseigner est architecturer des méthodes de pensées."

  4. Hello Enzo la dernière partie est une pure merveille avec des pepittes d'or Enzo un énorme merci pour ton Tuto vraiment Excellent hop partager sur ma page Bien être et musique et E commerce que je mets en place 🙂 2 boutiques EN Belgique pour MAI SUR le bien ETRE; TAO POSITIF; Feng shui BRACELETS lithotherapie merci et belle réussite à toi 🙂 Namaste

  5. Bonjour,

    J'ai regardé toutes tes vidéos et je suis très intéressé de devenir auto-entrepreneur. Est-ce que tu conseilles d'ouvrir un site e-commerce avant de faire les démarches d'auto-entrepreneur ou après avoir analysé la rentabilité de l'activité professionnelle ?

    Merci d'avance.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *