August 19, 2019
E-commerce en dropshipping au Maroc : il devient millionnaire

E-commerce en dropshipping au Maroc : il devient millionnaire


Yo les amis, bienvenue dans cette nouvelle vidéo. J’espère que vous avez la patate. Aujourd’hui, on a la chance de recevoir mon poto Saad. Aujourd’hui on va parler dit d’e-commece les amis. Comment est-ce que Saad est devenu libre grâce au e-commerce à l’âge de 28 ans ? Il est devenu millionnaire en un an donc c’est parti, on enchaîne avec la vidéo ! Regardez, magie, magie. J’ai amélioré mes petits skills non pas de boxeur mais de magicien, Saad apparaît ! Yo ! What ! Alors bro. How are you ? Ca va la forme ? Comment ça se passe à Bangkok ? Ca va, il fait un peu chaud mais ça va, ouais. Alors raconte-nous un petit peu qu’est ce qui s’est passé ? Tu t’appelles Saad, tu as 28 ans, tu fais du e-commerce. Et tu es devenu millionnaire en un an. Un peu plus d’un an. Je dirais trois ans mais ça a explosé l’année dernière. En un an tu avais généré plus de 4 millions d’euros de chiffre d’affaires avec ton business. Alors pour l’année 2O17, j’ai réussi à générer 4 millions d’euros de chiffre d’affaires. Grâce au dropshipping exactement. Tu vas nous en parler dans cette vidéo. Saad, qu’est ce qui s’est passé ? Comment et par quoi tu as démarré ? Qu’est ce que tu as fait ? Qui tu es ? Tu viens d’une petite ville marocaine. Tu vas nous parler également des conditions dans lesquelles tu t’es développé. Rapidement pour revenir un peu… C’est quoi ton niveau d’étude ?qu’est ce que tu as fait ? Est-ce que tu as créé un business dès le début ? Est-ce que tu as été salarié ? Comment ça s’est passé ? Alors je m’appelle Saad, j’ai 28 ans et je viens du Maroc. Je suis né au Maroc et j’habite au Maroc. J’ai un diplôme de master en développement informatique. Après avoir obtenu mon diplôme j’ai eu les six mois de stage en pré-embauche. Donc j’ai découvert vraiment la vie à l’entreprise. C’est là vraiment que j’ai su que c’était pas fait pour moi en fait. C’était la rat race avec la navette tous les jours. Au maroc je ne sais pas trop. J’ai du mal à voir. Est-ce qu’au Maroc on a la même vision qu’on pourrait avoir en Europe ou en France de devoir faire des grandes études, de devoir faire le métro-boulot-dodo ? De reproduire un peu… Je n’ai aucune idée. Est-ce que c’est pareil ou pas pareil ? Est-ce que c’est une vie différente ? C’est exactement pareil. C’est le rêve de tout parent au Maroc, c’est de voir leur fils finir les études. Aller travailler dans une grande entreprise. C’est le même parcours mais voilà dès le début j’ai su que c’était pas fait pour moi. Comment ça se passe quand c’est pas fait pour toi au Maroc ? Donc voilà, il n’y a beaucoup de choix en fait, au Maroc et pour les parents tout ça c’est pas évident de leur dire : “Je ne peux pas faire ça alors que c’est votre rêve, etc”. C’est pas évident donc là, en parallèle donc j’ai dû chercher des solutions pour générer des revenus. Pour me financer moi-même. Donc, quand tu étais à l’école ? En période de stage. De pré-embauche. Six derniers mois de pré-embauche, tu démarres le business en ligne. J’ai été accepté donc j’ai dû refuser l’offre de travail parce que j’ai commencé à générerun peu d’argent sur internet. Donc j’ai commencé tout d’abord au début je pense comme tout le monde. Comme toi aussi je pense : un blog, un site. Du trafic sur les réseaux sociaux tout ça. Le référencement et tout ça. Pour vendre quoi, du coup au début. Tu avais une vision ? Une affiliation ? C’était quoi ? Au début, j’ai essayé de monétiser ma passion. Au début, j’aimais beaucoup les perroquets. Tu kiffes les perroquets ! Comment les perroquets ont pu te faire gagner 4 millions d’euros de chiffre d’affaires ? Ca pourrait être une belle miniature. Donc j’ai commencé par des blogs qui parlent de ça. Il y avait une petite niche. J’étais tout seul un peu. C’était un blog anglais / américain. Donc j’ai commencé sur ça. Et voilà, ça a décollé. Premiers mois, je fais 3OO euros. Je me dit qu’il y a un potentiel parce qu’au Maroc même si tu es un cadre, tu touches 8OO euros, 9OO euros. Donc pour moi c’était évident qu’il y avait des trucs à faire. Il y avait un potentiel dans ce domaine là. Comment ça se passe ? Parce que je sais qu’il y a énormément de barrières. On en a parlé et j’ai découvert avec d’autres personnes. Pour le coup on a une chance qui est énorme quand on est en France et quand on n’est pas ou quand on est au Maroc. Il y a une énorme différence que le système bancaire n’est pas du tout au même niveau… C’est pas aussi facile d’avoir des cartes bleues, d’avoir accès à tous ces services là ? Stripe typiquement, Paypal n’étaient pas forcément disponibles. Alors maintenant Paypal est dispo au Maroc mais Stripe toujours pas. Comment tu fais pour démarrer ? Puisque tu as eu énormément de barrières pour faire tes premiers euros. Tu as fais comment donc au début ? J’ai travaillé avec Adsense. Donc je parle toujours du blog. Donc c’était par chèque. Je recevais un petit chèque par la poste. Et ça ne faisait pas peur aux gens d’envoyer un chèque au Maroc ? Non, la société t’envoyait un chèque.non la société a envoyé un chèque mais… Oui, c’est Google qui t’envoyait un chèque. Mais le truc c’était comment encaisser le chèque. Donc aux banques, tu leur ramènes un chèque qui vient de des USA, ils disent :”Mais c’est quoi ça ? Ca n’existe pas ?”. Ils ne les prennent pas. C’était tout un délire pour… Même pour encaisser des chèques de pub Adsense, c’était pas évident. Donc les obstacles j’en avais jusque là. Donc, tu vois, il fallait se débrouiller et trouver des solutions. Dépanner par ci et par là pour réussir. Pour commencer à démarrer. Du coup : blog ? Affiliation ? Tu fais tes premiers milliers d’euros et tu vis de ça ? Tu gagnes combien, à peu près avec l’affiliation et le blogging ? A mon pic, je touchais 3OOO euros par mois en mêlant par mois. Tu avais réussi ton challenge. Tu n’avais pas pris ton job et tu vivais en étant indépendant et en faisant des petits trucs dans ta chambre comme un geek. Donc là, j’ai pu prouver aux parents que c’est concret. Tu leur as dit, tu leur as montrer ? Donc voilà, j’ai montrer les petits chèques. Les parents étaient contents, mon entourage aussi. Voilà depuis, je n’ai pas lâché. Donc après le blogging c’était l’affiliation, les POD et les custom t shirt. Et j’étais toujours dans la niche des perroquets aussi. J’avais toujours gardé la niche des perroquets. Je cherchais des méthodes pour utiliser encore plus cette niche. Donc c’est là que j’ai trouvé le dropshipping avec beaucoup de petits accessoires pour les fans de perroquets. Donc, j’ai monté ma première boutique dans le thème des perroquets, des oiseaux et tout ça quoi. Donc de là, j’ai réussi à monter une boutique, à faire mes premières ventes. Donc ce n’était pas linéaire mais c’était des commandes par ci et par là. Tu avais déjà une communauté et tu t’es dit, tiens on vas lancer une boutique en ligne pour monétiser la communauté en dropshipping. Tu découvres Aliexpress et tout ça. Commente ça t’est venu ce business model ? Comment ça t’est venu ? Donc, je trainais beaucoup sur les forums US. How to make money online. Je pense que ma première requête sur Google c’était How to make money online ? Je suis tombé sur un forum. Smart passive income, un truc comme ça. C’était Black Hat Network. Je ne sais pas si vous connaissez. C’est un site très connu donc c’est là que j’ai vu le business model. Je trouvais ça intéressant et je me suis lancé. A l’époque je n’avais que Paypal parce qu’il y n’y avait que Paypal au Maroc. Donc pas Stripe, rien du tout. Mais j’ai quand même réussir à faire des ventes. Donc réaliser qu’on pouvait faire de l’argent avec ce business model là. D’accord, donc là. Tu découvres que c’est possible. Et tu décides de te mettre à 2OO% là-dessus ? Ou tu restes tranquille avec les perroquets, ça fait des ventes, ça se développe… Comment ça se passe ton évolution ? Après quelque mois sur ma boutique sur les perroquets, il n’y avait pas beaucoup de produits en fait, même s’il y avait quelques produits mais pas de gros produits qui pouvaient vraiment faire exploser le chiffres d’affaires de la boutique. Donc, je me suis dis, pourquoi pas tester d’autres niches. Donc, c’est là que j’ai commencé à varier mes stores et tout ça. Début 2O17, j’ai lancé une boutique généraliste et là j’ai vu le vrai potentiel du e-commerce et du dropshipping. D’accord, avant ça, du coup, tu étais monté à combien avec le e-commerce et avec le dropshipping ? Avant de partir sur du généraliste, tu avais commencé à faire quoi comme plus beau résultat ? Donc, je dirais qu’en moyenne, je tournais vers les 1OOO euros par jour avec plusieurs boutiques en chiffres d’affaires Traffic et acquisition sur Facebook principalement ? A l’époque, je faisais beaucoup d’organique parce que j’avais pas mal de pages Facebook, des emails et tout ça. Donc beaucoup de trafic organique. Et c’est qu’au début de 2O17 que je me suis intéressé aux trafics payants. Avec Facebook, Google et tout ça. Qu’est ce qui s’est passé du coup en 2O17 ? Ca a été une grande année pour toi ? Une année du changement. Tu avais déjà la vie que tu voulais, j’imagine au Maroc avec 1OOO euros de chiffre d’affaires par jour. Et même avec 3OO, 35O ou 4OO euros de chiffre et de bénéfices par jour. Tu devais très bien vivre. Tu devais avoir une vie bien plus que ce que tu avais pu rêver ou imaginer. Qu’est ce qui s’est passé en 2O17 ? Comme, tu l’as dit, 2O17, je faisais le salaire de mon mon père en une journée. Ce qui n’est par rien. Donc est-ce qu’il n’y a pas rien. Tu viens d’une famille moyenne au Maroc ? Oui, mon père est cadre dans le gouvernement donc une famille modeste. Rien de spécial. Donc c’est très intéressant. C’était une nouvelle vie qui commençait en 2O17. Et je crois qu’avant 2O17, je ne suis jamais sorti du Maroc je crois. Une fois en France pour visiter un peu la famille. Et là en une année, j’ai pu visiter huit pays et trois continents. Et le changement en classe business. Et donc ce changement qu’est ce qui s’est passé ? Ce qui s’est passé c’est que j’ai lancé une boutique avec du trafic payant. Je me suis formé sur le dropshipping, je me suis lancé dans l’e-commerce à grande échelle. Donc c’est là que tu faisais plus ou moins 1OOO euros par jour et tu t’es dit comment est ce qu’on fait dix mille ? Et tu t’es dit que tu allais y arriver. Cette étape, enfin je ne sais pas mais 1OOO euros par jour, c’était pas suffisant ? Tu avais d’autres objectifs ou d’autres envies ? Yo les amis. Logiquement ça a coupé et on est de retour. Tu disais que ça a commencé à se développé quand tu as rejoint dès mastermind online. Raconte nous un petit peu tout ça. Donc c’était des petits groupes de e-commerçant online. On faisait à peu près les mêmes chiffres. Donc on se motivait entre nous. Donc au début, j’étais solo. Je n’avais pas d’équipe et je n’avais personne avec qui échanger et partager mes résultats. Donc dès qu’on a fait ce petit groupe là. On se motivait entre nous. On se donnait des objectifs et des paliers. C’est donc là que c’est venu automatiquement. On se motivait. Et c’est là que quelques membres du groupe ont fait plusieurs chiffres. Je me suis dit que pourquoi pas moi aussi ? Faire plus, etc. C’est comme ça que je me suis motivé à faire plus. A travailler plus et à faire plus de chiffres. D’accord, tu avais un objectif financier et un objectif de vie. Comment est-ce que tu définissais tes paliers ? Et comment tu as avancé ? Parce que le groupe, j’imagine que tu l’as trouvé sur les forums ? Sur les groupe ? Ok. Et donc après,comment tu t’es défini la croissance ? Finalement tu t’es dit :”Je vais faire un million”. Tu t’es dit :”Je vais être millionaire ?”. Non, je ne te cache pas que c’était quelque chose que même dans les rêves les plus fous, je n’allais pas faire rien qu’un million. Alors faire 4 millions en un an… C’est vraiment un truc… Qu’est-ce qu’il s’est passé alors ? Tu lances la boutique généraliste ? C’est un momentum en fait. C’est un momentum. C’est du travail en fait. J’étais focus pendant une année comme je te l’ai dit la dernière fois… Une année où je ne suis pas sorti de mon bureau. J’avaiis loué un petit bureau au Maroc pour avoir mon ordi, ma connexion internet et mes amis du mastermind. 15 mètres carré à bosser. Limite je ne m’intéressais même pas aux chiffres que je faisais. Cétait juste travailler travailler, travailler. Faire des ventes et améliorer ma boutique. Améliorer mon taux de conversion. Améliorer mon panier moyen. Donc tout cela. Et voilà, c’était un momentum. Tous les jours, travailler et se former, travailler et se former. Et appliquer, tu vois ? C’était ma routine tous les jours pendant un an. Et comment ça s’est passé ? C’était progressif ou c’était d’un coup ? Oui, c’était plutôt progressif et ça a explosé un petit peu dans cette période là. La période de Noël et des vacances. C’est là qu’en deux mois et demi, j’ai dû faire un million et demi de chiffre d’affaires. Et là qu’est ce qui se passe ? Là, c’est la joie… Le rêve. Tu comprends ? Enfin, c’est maîtrisé ? Tu poses des actions pour avoir des résultats ? Ou tu penser qu’il y a un touché divin qui a fait que ça a pris. Est-ce que tu te réalises déjà sur le moment même ? Non. J’ai pris beaucoup de temps pour réaliser les chiffres que j’ai fait, etc. Comme je te le disais au début, j’étais vraiment un petit peu isolé. Où je pouvais me comparer et voir ce qui s’est passé je pensais que… C’était une opportunité et que je devais travailler à fond pour en profiter. Et d’être canalisé un maximum possible. D’accord et tu t’es dit que ça va disparaître demain peut-être ? Donc il faut faire le maximum. En fait, avant c’est que j’ai raté beaucoup d’occasions. Je n’en profitais pas au maximum. Je bougeais d’un truc à l’autre. Tu papillonais, un peu partout. Exactement. Je faisais du blogging, de l’affiliation, du machin. Et an plus tard, on se disait en fait : “Le blogging c’était bien mais j’ai pas pu en profiter au maximum”. Donc, je me suis dit : dropshipping, e-commerce, je vais me concentrer à 1OO% dessus. Et maîtriser ce domaine là à 1OO%. Et donc cette explosion, comment est-ce que tu l’as vécu, du coup, d’un point de vue business ? Ca a été un winner ? Ca a été deux winners ? Toute la boutique qui s’est développée ? Ca a été la pub Facebook qui vraiment t’a fait la différence ? Comment tu as vécu ça ? En fait, je n’ai pas eu plusieurs winners. J’e nai pas eu un seul winner mais plusieurs mini winners. Donc un mini mineur, c’est un produit qui m’a fait six chiffres. 1OO OOO ou 2OO OOO par exemple, de chiffres d’affaires sur uniquement un produit. Donc j’ai eu plusieurs produits qui faisaient 2OO OOO. Comment ça se passe ça ? On entend des histoires comme ça. J’en ai connu. Une et demie moi, de mon côté. Mais pour les gens qui n’ont pas encore… et qui entendent parler de winner de partout ça se passe comment ? Tu trouves un produit miracle dans une boîte de pandore ? Qu’est ce qui se passe ? En fait c’est simplement de la recherche et des études de marché. C’est de trouver une niche, trouver un besoin et c’est de résoudre ce besoin ou un problème. Donc c’est de l’étude, tout simplement. Tous les jours, il y a des winners donc il faut juste faire d’un peu de recherches et trouver. Et une fois que tu testes ce produit du coup, comme des dizaines d’autres, celui là par contre, il va se passer quelque chose de différent c’est ça ? Exactement. Et ce qui est beau avec le dropshipping c’est qu’en fait, on a besoin d’un seul produit pour carrément changer de vie. Oui parce que tu dis qu’il y a des produits qui ont 1OO OOO, 2OO OOO euros. justement c’est un business et C’est un business. Si tu fais 1OO OOO de chiffre d’affaires par an, c’est pas mal. C’est ça le potentiel du dropshipping. J’aime beaucoup ce modèle là. Comment ça s’est passé pour toi alors ? 4 millions de chiffre d’affaires c’est énorme. Il y en a très peu qui font des chiffres aussi importants que. C’est quoi ? C’est des winners qui se sont enfilés ? Tu en as trouvé un et tu en as trouvé dix ? Il y a une formule magique que tu as compris et que les autres n’ont pas compris ? Comment ça se passe ? Je crois que l’une des choses que j’ai bien fait c’est que j’ai toujours réinvesti mes premiers bénéfices. Je n’ai jamais pris mes bénéfices. En fait, je vivais tout le temps avec un niveau très bas. Toujours dans ta chambre de 15 m². Même resto, même bouffe, tout ça. Rien n’a changé pendant un an, je n’ai pas changé de lifestyle. Après, tu as changé par contre. Lounge business…Emirates et tout ça. On m’a dit qu’il fallait qu’il fallait se récompenser donc voilà. Mais pendant 1 an, rien ? Tu as continué à être focus ? Réinvestissement et apprentissage tous les jours. Travail tous les jours et c’est ce qui m’a permis de construire un momentum et d’être à 4 millions. 2O18 du coup, ça a été l’année, un peu de l’agrandissement. Tu as pris des bureaux au Maroc. Tu as créé une équipe. Ton objectif, c’est de doubler ? Alors dis nous un peu comment ça se passe cette nouvelle phase. Qu’est ce qui se passe ? Et comment tu le vis ? En 2O18, j’ai essayé de développer encore plus mon business. Donc j’ai voulu… En fait le rythme de travail que j’avais été trop dur pour moi. Et je commençais à en souffrir un petit peu mentalement et physiquement aussi. Donc, je me suis dit qu’il y avait certainement une solution et tout ça. J’ai investi encore dans un mastermind payant cette fois-ci. Je ne sais pas si vous connaissez (pour les gens qui sont déjà intéressés) les frères Tan. Deux frères de Singapour. Qui sont experts dans le dropshipping et dans le e-commerce. Par exemple l’année dernière, ils ont fait 5O millions de dollars en chiffre d’affaires l’année dernière. Donc il ont un mastermind payant. 1O OOO dollars, ce qui n’est pas rien du tout. Cela fait quoi, du coup, quand toi qui vient du Maroc et que ton père gagne 4OO ou 6OO euros par mois. Tu dépenses 1O OOO dollars dans une semaine de formation. Qu’est-ce qui se passe dans ta tête ? J’avoue que c’était pas évident. C’était très dur (malgré d’avoir l’argent) parce qu’on en a parlé. Je n’avais pas le bon mindset à cette époque là. Avant je crois n’avoir jamais payé pour de l’information. C’était tout le temps du gratuit, tout ça. C’est ton côté marocain ça, on trouve tout. On n’achète. Ce qu’on peut ne pas payé, on le paye pas. Donc dix mille dollars dans le mastermind. Pour trois jours dans une villa en Thaîlande. C’est la première fois que j’étais venu en Thaïlande pour ce mastermind là. Donc je viens et là c’est la révélation. Je suis, en fait le petit du groupe avec mes 4 millions. C’est rien par rapport à eux. Je suis un bébé. Donc là on se rend compte qu’en fait le domaine est encore plus grand et le potentiel est encore plus grand. Et voilà, il y a encore plein boulot à faire. Et beaucoup de choses que je ne faisais pas bien et des choses à améliorer dans le business. Et c’est là où j’ai eu l’idée de faire une équipe et de la construire puis d’ouvrir un bureau et former des gens. Investir pour grossir différemment et non plus tout seul. C’est ce qui me permet un petit peu aujourd’hui de voyager et un petit peu et d’avoir des business qui tournent. Pas en automatique mais… Je travaille beaucoup moins c’est sûr et j’ai une équipe derrière qui gère un petit peu tout le business model. Ok, et le dropshipping du coup aujourd’hui, tu continues à faire le même dropshipping que tu faisais il y a un an ? Comment ça se passe ? Est-ce que c’est toujours à la recherche du nouveau winner qui va te refaire ? 1OO ou 2OO OOO euros de chiffre d’affaires ? Est-ce que c’est différent aujourd’hui ? Comment tu bosses ? La manière de travailler n’est pas la même, c’est sûr parce que dans le business, en général, il faut évoluer. Il n’y a aucun business qui va rester le même. Tous les business qui restent les mêmes que ce soit en ligne au pas fermet. Soit tu évolues, soit tu vas mourir. Donc le dropshipping a aussi évolué mais il y a toujours ce concept de winner. C’est le winner qui peut toujours changer la vie de quelqu’un. Un seul winner ou deux peut changer la vie du pour toujours d’une personne. Tu cours toujours après les winners aujourd’hui ? Oui, toujours à la recherche. Là j’ai une équipe en place qui fait son travail tous les jours. C’est de faire de la recherche de winner tous les jours. Après moi, je viens derrière pour décider de quels produits on va lancer aujourd’hui. Et ça marche bien ? Oui, tout va bien. Est-ce que cette année, tu penses que tu vas réussir à faire les objectifs que tu t’es fixé ? De doubler ta croissance ? En fait, j’ai visé non pas le double mais 6 millions. Parce que j’ai constaté un petit peu en retard au début. Je devais monter la société, le bureau et tout ça mais ça a pris un peu de temps pour mettre tout ça en place et pour structurer. Là, on vise les 6 millions et on est en bonne route pour les réaliser. Ecoute Saad, merci beaucoup en tout cas pour ce partage. Peut-être un dernier point… C’est vrai que dans toute l’écosphère français, on ne t’as jamais vu. C’est la première fois que tu fais une vidéo. Personne ne te connais personne et personne ne t’as jamais vu. Moi j’ai parlé un petit peu de toi dans mon groupe de e-commerce. J’ai parlé un petit peu de toi dans mon groupe “Entrepreneurs 2.O” mais parce que je te connais de par un intermédiaire, de par famille… Mais mise à part ça, personne ne te connaît dans l’environnement en français. Comment ça se fait que tu ne gravite pas dans cet environnement ? Comment ça se fait ? Parce que tu es marocain et que tu n’es pas connecté à ces gens là ? Parce que tu étais pas intéressé par ces gens là ? C’est quoi ta vision par rapport au marché français en fait ? Je n”étais pas trop connecté au marché français parce que je vivais au Maroc tout simplement. Mais en venant en Thaïlande à Bangkok en fait, il n’y a pas une grosse communauté marocaine ici donc je me sentais un peu seul. Donc c’est là que j’ai rejoint ton groupe. J’ai rejoint un petit peu, la communauté frenchy ici à Bangkok et c’est là que je me suis connecté et que j’ai trouvé beaucoup de gens entrepreneurs. Tu as commencé à t’ouvrir. Voilà, exactement. En tout cas c’est un vrai plaisir de pouvoir partager ton histoire. Et les amis, on a décidé d’aller plus loin que de partager uniquement son histoire. Comme vous l’a dit, il a structuré son business, il a déchargé un petit peu plus de temps. Je lui ai présenté ce qu’on a fait avec l’e-commerce 2.O. Ce qu’on a construit et les résultats qu’on a obtenu avec la communauté. Et je lui ai dit : “Ecoute, Saad, tu as 4 millions d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière, tu as forcément compris des trucs que les autres n’ont pas compris.”. Moi j’ai fait trois cent mille l’année dernière. Toi, tu as fait 4 millions. Il y a forcément des choses que tu as compris que je n’ai pas compris. Comment est-ce qu’on peut transférer ce que tu as dans la tête à plein de gens pour essayer de les booster et de développer leur business ? Comment est-ce qu’on peut partager des stratégies et des tips ? Et je l’ai un peu forcé, presque… Mais on a décidé, en tout cas d’améliorer et d’upgrader. De faire un nouveau programme dédié à l’e-commerce. On aura deux offres : une offre de mastermind où on accompagne et on suit les sites tous les mois. Et on aura une offre de formation complète. Donc grosso modo : démarrage, des premiers euros, découverte du business model de l’e-commerce, découverte du business model du dropshipping. Comme Saad a pu le faire il y a deux ans. Et puis on fait les premiers euros, on fait les premiers 2OO euros, les 5OO, les 1OOO euros et après vous irez où vous voulez. Avec la réussite et avec la publicité, le scaling, le winner que vous trouverez. Mais donc voilà, on a lancé ce programme de e-commerce. En tout cas, on l’a lancé au moment où vous allez voir cette vidéo. C’est quasiment sûr. Allez voir dans la description juste en dessous, vous aurez plus d’informations si vous êtes intéressés de travailler avec Saad et avec moi sur le développement de votre business en ligne et sur le développement de votre liberté. Grosso modo, c’est ça. Parce qu’aujourd’hui, qu’est ce que tu dirais que ça t’a apporté ? Tu étais déjà… Tu avais déjà un business. Tu étais pratiquement libre avec 1OOO euros par jour, etc. Je veux dire… Tu n’enviais pas grand-chose à grand monde quand tu es à ce niveau là. Qu’est ce que ça a changé dans ta vie le drop shipping et l’explosion que tu as connu ? Je dirais qu’il y a plusieurs niveaux de liberté. J’étais libre mais libre au Maroc dans cette ville. Mais là je peux aller où je veux. Je peux travailler d’où je veux. Donc je crois que c’est des niveaux de liberté où là, je ne suis pas mal. Il y en a encore à gravir ? Tu as encore d’autres ambitions en terme de liberté ? Oui, je pense que ce qui est beau avec ça c’est qu’au plus tu goutes à la liberté et au plus tu en veux encore, tu vois ? Liberté où l’argent ? On parle de quoi là ? Les amis, en tout cas, n’hésitez pas à vous abonner à cette chaîne Youtube si vous voulez plus de conseil en entrepreneuriat. Plus d’interview d’entrepreneuriat inspirant. Plus de conseil en marketing, en business et en e-commerce. Et puis je vous l’ai dit, si vous voulez atteindre votre liberté et remplacer votre salaire avec le e-commerce, cliquez juste en dessous dans la description et découvrez les conseils et les stratégies de Saad qui lui ont permis de réaliser 4 millions de chiffre d’affaires avec le e-commerce en 2O17. On vous dit à très vite les amis, dans une prochaine vidéo. Merci sade d’avoir partagé avec nous. Ciao, ciao !

100 thoughts on “E-commerce en dropshipping au Maroc : il devient millionnaire

  1. merci pr la vid, 
    mais tu dis en 2016 ou bien 2017 et tu recevais des chques de google ? google utilisent wester union directement depuis 2010, il te faut que le code, les sommes sont envoyé de Dublin (Ireland)

  2. Azul Saad, je tiens a te feliciter pour ton parcours exemplaire, bravo pour ta reussite et merci pour tes conseils, sans oublier de remercier Enzo qui nous t as fait decouvrir, JAI UNE QUESTION CONCERNANT TA SOCIETE SAAD, OU AS TU OUVERT TA SOCIETE ET COMMENT? DANS QUEL PAYS? Merci

  3. je suis dropshipper depuis une année , et j'ai réussi a mener vie autonome et soutenir ma famille , mais en rencontre trop de difficulté malheureusement comme l'incompatibilité de Stripe qui est une base du dropshipping ainsi une dizaine de Software , le système dégradée et un peu old des banques et sans oublié l'ignorance technologique de l'état qui fait aucun effort , même au contraire elle cherche a imposer des tax sur les dropshipper sans parler du systeme militaire obligatoire qui prend pas au compte ceux qui taff sur internet … Mais en tous cas j'espere être un jour millionnaire comme Saad et pouvoir ramené une vie luxueuse grace a ma passion

  4. Comment il a fais pour vendre en dropshipping vu que stripe pas dispo au Maroc ? On a pas pu entendre la reponse ….

  5. Le Maroc est une terre d'avenir pour le business à condition qu'elle sorte de son carcan religieux et néo coloniale (imiter les Occidentaux).

  6. Je suis marocain et je peux te dire que le Maroc c est exactement la même chose que la France dans les grandes villes comme Casablanca. De plus, au niveau du salaire du cadre, soit disant de 800 euros, il voulait dire 8000 dirham et il a voulu convertir en euros mais ça marche pas comme ça. Parce que le cadre gagne 8000 dirham et c est l équivalent de 3500 euros si on prend en considération le coût de vie. Bref ça me fait chier les gens qui pensent que le Maroc c est une savane

  7. bravo!! vraiment très belle vidéo, question pertinente et très bien expliqué. je comprends enfin c'est quoi le dropshipping, j'en vois de plus en plus de monde qui post des vidéos dans YouTube mais que je comprends rien. Je suis du Montréal, connaissez vous du monde d'ici qui pratique du dropshipping? chaque pays doit avoir des produits vedettes, ppurriez vous nous informer plus sur les produits? merci énormément pour ce partage de connaissance

  8. Père cadre dans le gouvernement à 2000 euros au Maroc = Famille modeste 😅😅😅. A part ça fėlicitations pour le parcours qui est tout de même remarquable.

  9. Super interview et très inspirant 🙂 Les questions sont très intéressante mais c'est dommage de lui couper souvent la parole. On aimerait entendre ce qu'il à dire ainsi que la fin de ses phrases. Super boulot !

  10. Ouais …. que l on m explique pourquoi tu es millionnaire et veut gratter peu en vendant des formations !, 🤔

  11. Oh la la, il fallait le laisser parler. On s’en tape de stripe .
    Il voulait expliquer son parcours mais tu le bloques sur des conneries. Je viens de m’abonner mais là je veux bien te laisser une chance mais apprend à écouter. Merci

  12. Oh la la, il fallait le laisser parler. On s’en tape de stripe .
    Il voulait expliquer son parcours mais tu le bloques sur des conneries. Je viens de m’abonner mais là je veux bien te laisser une chance mais apprend à écouter. Merci

  13. Salut saad si tu vois se message j’aimerais juste avoir plus d’informations sur la manière dont on te payer sur ta boutique car moi même je suis dropshiper au maroc et je suis limite qu’au payement paypal . Si t’arrive a me contacter voici mon insta @whosyourarchitect

  14. Blablabla comme tous les mec de YouTube qui se la raconte..jen connais des vrai de millionnaire yen a pas un seul qui se la raconte sur YouTube, tous les mec qui font des vidéo du genre" comment gagner 10000 euro en 1 mois" blablabla c'est que des mec qui veulent avoir des vue pour se faire du frique facilement aller tchao bandé de naze … 4million de centime ouai

  15. Je connais bcp de marocains qui ont fait des petites réussites dans le business e commerce comme Saad et je crois bcp dans ce domaine il a bcp de potentiel c le business de futur les gas vous attendez quoi

  16. Il y en plein au maroc maintenant des jeunes dans l e commerce dropshipping ou les games qui génère chaque jours entre 300 jusqu'à 1000 us dollars chaque jours sur le marché usa , bravo les gars félicitations.

  17. "Du Maroc au million…" genre ya ke des pauvres là bas. Le complex de supériorité est tellement encré chez toi, que tu nvois mm pas ce qui peut deranger ds ta phrase.

  18. Oui donc 🖕 j'ai grandi au Maroc 🖕 je kif vous mettre des 🖕 c un tik j'arrive pas à m'arrêter 🖕🤣🤣🤣

  19. Tu lui coupe trop la parole.
    Il développe, tu le coupe…. c’est trop frustrant !

    Je stoppe la vidéo dommage le sujet est intéressent

  20. Mdrrrrr ! Hahahah millionnaire en 1 an ? Même en 3 c’est impossible dans le ecommerce !!! Putain Jeff bezos et Jack Ma devraient être MDR si on leur montre cette vidéo !

  21. Franchement ayant vécu au Maroc, j'suis stupéfait de cette révélation et ça ne m'aurait jamais passer par la tête mais ça existe et Saad en est la preuve. Bravo freraut, va de l'avant.

  22. Bonsoir, merci avant tout pour tes vidéos conseils.
    Par contre, le drop ( vendre une marchandise qu'on a pas ) c'est haram ( illicite ). Rabbi y sehel. Bonne soirée.

  23. C'est du bidon tout ça.
    La plupart vous font croire qu'ils ont réussi en drop mes couilles alors qu'au fond ils veulent juste attirer ton attention pour que tu paie leur formation a la con et c'est à travers ça qui gagne un peu d'argent.
    Arnaque made in internet
    Fin du débat

  24. Les menteurs
    Ils essaient de vous vendre leurs formations de merde
    Le drop esr mort depuis x temps
    Ne perdez pas votre argent

  25. Drop, Aliexpress, alibaba, temps de livraison, maroc ou algerie ou autre … Ca colle pas trop, le client n'attend pas trop pour recevoir sa commande,ca marche si la marchandise est prête à être ''consommée'', sinon, il d'abord avoir son stock tout simplement, et je dis ca d'après mon expérience ! ( je suis de l'Algérie)

  26. Sale imbecile,tu connais pas le Maroc alors ferme la!…apprend à parler avant de jouer au journaliste!!!

  27. That was brilliant I like his journey although my french sucks but I did understand the key stations in that journey hhh well congrats for that success and thx Enzo for that snack interview it was good, appreciate it buddy, greeting from morocco.

  28. Pas de paiements à l étranger avec une carte bleue pas de Stripe PayPal très difficile à mettre en place des banques archaïques et une régulation des changes qui bloque la plupart des achats sur internet. Bonne chance !

  29. Si ya des mecs ou des filles qui sont en algerie et qui s'interessent au business en ligne ou a l'entreuprenariat en generale faites le moi savoir 😉😉

  30. Video intéressante car je suis passionné aussi sur tout ce qui est e-commerce. Je vous invites à venir voir ma bouthique Etsy OriginalArtisana, merci

  31. Il faut savoir maîtriser le marketing, l'utilisation des reseaux sociaux, le contenu marketing, les tunnels de vente,le copyrighting ..avant de se lancer dans le e-commerce, c'est indispensable de connaitre les futurs prospects de ta niche de vente, les etudier,le commerce est basé sur les emotions et tous tourne autour, il est indispensable 'avant de vendre un produit de creer une histoire autour de ce produit c'est indispensable afin de toucher le prospect et l'amener a l'achat,il faut lui donner de l'information le divertir, c'est donner au debut pour mieux recevoir,ne rien laisser au hasard, bien monter son site et l'etudier profondément ,il faut qu'il soit le plus simple et rapide possible car le client n'a que peu de temps il est sous l'emotion ,il veut son produit donc plus c'est rapide simple et efficace et plus le taux de vente s'accroit. Bref c'est un peu plus developpé

  32. Ça parle de chiffre d'affaires, jamais de bénéfice, pas de screen… et évidemment ca fait son biz sur la formation, parce que Cqfd, quand tu es multimillionnaire, tu vends de la formation c'est bien connu. Vous êtes lollesque a vouloir copier certaines vidéos bidon française et américaine. Oubliez pas à ce qui est arrivé à Leo <3… Faites du adsence vous allez devenir riche… Loul… Et surtout, faites du drop avec Paypal 😀 ha ha…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *